Crown for You… © by Poser
Gratis bloggen bei
myblog.de

CRIE (schrei)


Tu te lèves et on te dit où tu dois aller
Quand tu y es, on te dicte ce que tu dois penser
Merci c'était encore une de ces journées d'enfer
Tu ne dis rien et personne ne te demande : dis-donc, c’est vraiment ça que tu veux?

Non – non – non – nananana non
Non – non – non – nananana non

Crie ! - jusqu'à ce que tu sois toi-même
Crie ! - même si c'est tout ce qu’il te reste
Crie ! - même si ça fait mal
Crie de toutes tes forces !
Crie ! - jusqu'à ce que tu sois toi-même
Crie ! - même si c'est tout ce qu’il te reste
Crie ! - même si ça fait mal
Crie de toutes tes forces - crie!

Fais gaffe - il y a partout des baratineurs qui te guettent
Ils te suivent et t’attrapent par surprise
Ils te promettent des choses dont tu n'as jamais rêvé
Et un jour c’est trop tard - tu ne peux plus faire sans eux

Retour à la case départ - votre heure est venue,
C’est le moment de vous libérer,
Montrez-leur qui vous êtes vraiment !

Crie - crie - crie - crie - notre heure est venue…
Et maintenant - tais-toi!

Non ! - car tu es toi-même
Non ! - car c'est tout ce qu’il te reste
Non ! - car ça fait si mal
Crie de toutes tes forces
Non ! – non ! – non ! – non ! – non ! – non !
Crie de toutes tes forces – crie !



TRAVERSER LA MOUSSON! (durch den monsun)


La fenêtre ne s’ouvre plus
Ici l’espace est rempli de toi et vide à la fois
Devant moi la dernière bougie s'éteint
Ca fait une éternité que j’attends
Et voilà enfin ce moment venu…
Dehors de gros nuages noirs approchent,

Je dois traverser la mousson – jusqu'au bout du monde
Jusqu'à la fin des temps - jusqu'à ce que la pluie cesse
Contre la tempête – le long de l'abîme
Et quand je n’en peux plus je pense
Qu'un jour nous traverserons ensemble
La mousson,
Et tout ira bien.

Un croissant de lune se couche devant moi
Peut-être était il également avec toi il y a quelques instants ?
Je sais que je finirai par te retrouver,
L'ouragan souffle ton nom,
Je crois que je ne pourrai pas y croire plus fort.

Je dois traverser la mousson – jusqu'au bout du monde
Jusqu'à la fin du temps - jusqu'à ce que la pluie cesse
Contre la tempête – le long de l'abîme
Et quand je n'en pourrai plus je me répéterai
Qu'un beau jour nous avancerons ensemble
Et rien ne saura nous retenir
On traversera la mousson.

Hey! - hey!
Je lutte contre les puissances derrière cette porte
Je les vaincrai et elles m'emporteront vers toi
Alors à ce moment là, tout s’arrangera – tout ira bien - ça ira – oui, ça ira…



PROFITE DE L'INSTANT PRÈSENT (leb die sekunde)


A partir d’aujourd'hui les journées raccourcissent
Il n’y a plus aucune raison de rire
Hier c'était il y a 100 000 ans
Demain plus personne ne s'en souviendra
A partir d’aujourd'hui un compte à rebours remplace les horloges
Le soleil brille même la nuit…
Excuse moi, je crois que je pense un peu trop, Mais désormais le temps presse, il n’y vraiment pas de temps à perdre - pas le temps - pas le temps

Profite de chaque seconde
Ici et maintenant - retiens-la
Profite de chaque seconde
Ici et maintenant- retiens-la
Sinon elle est perdue - sinon elle est perdue

A partir d’aujourd'hui un nouveau monde naît chaque jour
On brade les planètes
On met la galaxie sous calmants
Le temps passe à toute vitesse
Oublie hier et concentre-toi sur maintenant
Avant de l’avoir oublié.
Excuse-moi - j’étais en train de réfléchir et de me prendre la tête, mais
Le temps passe - le temps passe - le temps passe
Retiens-le!
Le temps passe …




SAUVE-MOI (rette mich)


Pour la première fois seul dans notre cachette
Je distingue encore nos noms sur le mur et les efface d’un revers de main.
Je voulais tout t’expliquer
Pourquoi t’es-tu sauvée ?
Reviens - emmène-moi avec toi

Viens et sauve-moi - ça brûle au fond de moi
Viens et sauve-moi – sans toi je n'y arrive pas
Viens et sauve-moi - sauve-moi - sauve-moi

Nos rêves étaient des mensonges et chaque larme factice
Dis-moi que ce n'est pas vrai - dis-le moi maintenant.
Peut-être entends-tu quelque part
Mon S.O.S lancé à la radio...
M'entends-tu – oui ou non ?

Viens et sauve-moi - ça brûle au fond de moi
Viens et sauve-moi – je ne m’en sortirai pas sans toi
Viens et sauve-moi - sauve-moi - sauve-moi

Toi et moi - toi et moi - toi et moi -
Je distingue encore nos noms sur le mur et les efface d’un revers de main
Nos rêves étaient des mensonges et aucune larme n'était sincère
M'entends-tu – oui ou non ?



RESTONS AMIS (freunde bleiben)


Tu es ce que je ne veux pas être – pour toi mieux vaut mourir que d’être moi, Bill,
Va te faire foutre – merci, sans façon
Je ne sais pas pourquoi, je ne te supporte pas
Pauvre con – ne le prends pas personnellement.
Je ne raconte pas des conneries comme toi
Je n’aime pas les mêmes groupes que toi,
Moi, de toute manière, ça me va, peut importe, mais fais moi plaisir…

Par pitié, ne restons pas amis
Ca m’arrangerait, on ne peut pas s’encadrer
Ne jamais être du même avis vaut mieux que de faire l’hypocrite
Mieux vaut ne pas rester amis

C’est d’accord pour toi – ou pas ?
Sans des mecs comme toi et moi ce serait l’ennui total.
Je te croise tous les jours avec ta bande d’abrutis,
Au royaume des crétins, tu es le roi,
Chaînes, colliers à rivets et tatouages - maman t’autorise tout ça ?
Et avec ça tu portes aussi les caleçons longs de papa ?

Je ne porte pas de fringues pourries comme toi
Je m'en tape des nanas que tu dragues
Moi ça me va, mais fais moi juste ce plaisir…

Ca t’arrange bien aussi - pas vrai ?
Sans des mecs comme toi et moi ce serait l’ennui total
Arrête d’en faire des tonnes ou je t’en colle une autre…
Et si je peux me permettre un dernier petit conseil...



JE NE SUIS PAS MOI (ich bin nich ich)


Mes yeux sont fatigués et cherchent du réconfort
Je n'arrive plus à me regarder – vidé de moi-même
Tout ce qu'il y avait en moi - je ne le trouve plus ,
Tout a disparu. Comme dans un délire je me vois en train de disparaître peu à peu

Je ne suis pas moi quand tu n'es pas là - je suis si seul
Et le peu qui reste encore de moi - je ne veux pas être ça
Dehors le temps est à l’orage, au mur il y a ta lettre d'adieu
Je ne suis pas moi quand tu n'es pas là - je suis si seul

Je ne sais plus qui je suis - ni ce qui importe encore
Tout ça a disparu avec toi
Sans toi je traverse la nuit - je ne trouve plus rien en moi
Qu'as-tu fait de moi – je me vois disparaître peu à peu

Je ne suis pas moi quand tu n'es pas avec moi - je suis si seul
Je ne veux pas être ce qui reste de moi
Dehors le ciel bascule et au mur il y a ta lettre d'adieu
Je ne suis pas moi quand tu n'es pas auprès de moi - je ne veux plus exister

Je me dissous lentement - je ne me supporte plus
Je n'arrive pas à me détacher de toi
Où que tu sois - viens et sauve-moi
Je ne suis pas moi quand tu n'es pas là.



QUAND RIEN NE VA PLUS (wenn nichts mehr geht)


Plus personne qui me connaisse vraiment
Mon monde s’effondre et je suis devant un happy end.
Je ne dois pas pleurer en pensant à toi
Je sais, nous ne sommes pas immortels
Mais un jour tu m’as dit :

Quand rien n’ira plus je serai un ange – rien que pour toi
Pour toi j'apparaîtrai dans les nuits les plus sombres
Et nous nous envolerons loin d'ici
Nous ne nous perdrons plus jamais

En attendant ta première apparition
J'imagine que tu me pleures là-haut sur les nuages
Je t'attends pour l’éternité
Mais l’éternité n’est pas si longue
Car un jour tu m’as dit :

Pense à moi et tu verras l'ange qui vole à côté de toi
Pense à moi et tu verras l'ange qui vole à côté de toi.



MALGRE MOI (gegen meinen willen)



Qu’est-ce que vous croyez,
Comment voulez vous que ça marche et que tout aille bien, vous ne vous regardez même plus.
Ne croyez pas que je ne le remarque pas,
Où et avec qui est-ce que je vais devoir aller ?
Qu'est-ce vous vous imaginez
Dites-le moi maintenant, ouvertement
Dites-moi pourquoi tout s'effondre
Ca me rend malade

C'est malgré moi
C'est insensé
Pourquoi faut-il que vous vous sépariez
Que vous changiez de nom
Pour nous c’est déjà la fin
Et vous ne me le dites pas en face
Je vous hais pour ça
C'est malgré moi
Même si je suis contre et si je lutte.

Avez-vous déjà oublié comment c’était avant
Avez-vous déjà brûlé nos photos
Je barricade les fenêtres, je ferme ma porte à clé
Pas question de vous laisser voir que je n'en peux plus
Je ne veux plus m’imposer votre monde
Il me rend malade

Epargnez-moi vos mensonges - je ne veux plus les entendre
Pas la peine de me promettre le peu d’amour qu’il vous reste
Je ne veux pas vous déranger plus longtemps - vous me rendez malade
Malgré moi …



JEUNES MAIS PLUS INNOCENTS (jung und nicht mehr jugendfrei)


Vous vous levez toujours à l’heure et loupez ce qui se passe chez nous
Je vois quelque chose que tu ne vois pas Regarde ce qu’il y a sur nos blousons
Pousse-toi s’il te plaît, tu gênes
On veut passer…

On est jeunes mais plus innocents
Désolé, on ne devrait pas, je sais, mais bon
On commence tout juste à vivre
On est jeunes mais plus innocents
On ne correspond pas à vos attentes
Mais on commence seulement à vivre

Vous regardez toujours droit devant vous - vous ne nous avez pas vu venir
Je crois que c’est là d’où vient le problème car maintenant c’est nous qui décidons,
Pardon – tu nous barres la route
On veut passer…et avancer …

On n’a jamais été les bienvenus nulle part
C’est triste, mais aujourd’hui, j’en ai plus rien à battre.



LE DERNIER JOUR (der letzte tag)


Nous revoilà chez toi - en haut, perchés sur ton toit,
Le monde entier, là, en bas, peut bien disparaître cette nuit.
Sommes-nous ensemble pour la dernière fois ?
Pourtant, tout ne fait que commencer…

Si ce jour doit être le dernier
S'il te plaît ne me le dis pas encore
Si c'est là que tout doit s’arrêter pour nous deux,
Ne le dis pas - pas encore

Sommes-nous déjà à ce « lendemain » ?
Quand le temps s’arrête,
Quand il n'y a plus rien au-delà de l'horizon
Quand les rêves s’éteignent
Est-ce la preuve que nous allons être ensemble pour la dernière fois ?
Pourtant, tout ne fait que commencer…

C'est le dernier jour, c'est le dernier jour…
Est-ce la dernière pluie qui ruisselle sur ton toit ?
Est-ce la dernière bénédiction et notre dernière nuit ?
Est-ce le début de la fin ?
Peu importe – pour l’instant nous sommes encore ensemble…

Si ce jour doit être le dernier
S'il te plaît, ne me le dis pas encore
Et si tu restes, je ne mourrai
Pas encore - pas encore
… c'est le dernier jour



CONFESSIONS (beichte)



Ca commence dès le matin
Le réveil sonne à sept heures,
Je ne réagis pas tout de suite
Je suis comme d’habitude en retard
Et en sport je suis nul
Alors j’écris "fuck you"
Sur toutes mes copies.
J’ai la tête à autre chose,
Je te veux juste pour une nuit
Je n’ai pas d’états d’âme
Et je me demande
Si j’irai au ciel
Car je ne suis vraiment pas un saint

Hey, diable sors de là
Je t’ai vu
Et j’ai comme l’espoir
Que tu me comprendras
Hey, démon peux-tu
Lire mes confessions
Et en toucher
Deux mots à dieu ?
Qu’est-ce que tu en penses ?

Je dis toujours ce que je pense
Même quand c’est déplacé
Et depuis que je me suis confessé
Au pasteur, tout le monde me hait.
Je sais que ça paraît gros
Mais c’est pourtant vrai,
Un jour j’ai piqué
La copine de mon frère.
On a déjà cru
A tous mes mensonges
et pris au sérieux
mes promesses en l’air.
Je me demande
si j’irai au ciel…
…je ne suis vraiment pas un saint

S’il vous plaît ne soyez pas trop durs
Donnez-moi encore une chance ou deux
Ou laissez-moi au moins
Etre le seul ange en enfer…



NOIR (schwarz)


Le monde a basculé
Toutes les pierres se sont mises à bouger
Si on a peur… ?
Non, pas encore…
On ne sait pas ce qui nous attend
On a parcouru les derniers mètres en courant
Il ne reste plus qu’un pas à faire
Plus qu’un pas…

Derrière nous tout est noir
Devant, les ténèbres
On ne peut pas revenir en arrière
Heureusement - heureusement
Pas revenir en arrière

Où sont passés tous ceux
Qui sont avec nous d’habitude ?
Est-ce qu’ils nous ont perdus
Depuis longtemps ?
Il fait sombre dans la lumière
Il y a tout et rien
A l’image de notre destin…

Derrière nous tout est noir
Devant, les ténèbres
On ne peut pas revenir en arrière
Heureusement - heureusement
Pas revenir en arrière

Faisons les derniers pas en courant
Puis effaçons toute trace de notre passage
Venez,
Venez.